Depuis quelques années, j essaie d'être davantage éco-responsable. Je ne saurai plus tout à fait dire quand cela a commencé, mais dans mes souvenirs il me semble bien que c'est notre grand, alors en moyenne section, qui a éduqué ses parents, à une époque où l'écologie ne concernait qu'une poignée de personnes, où manger bio était un  luxe, et un parcours du combattant pour se procurer ces produits.

Cette année là, Paul a eu un maître très engagé écologiquement et qui avait fait un travail formidable avec les enfants, sur la consommation d'eau et le tri des déchets entre autres. Pour votre information, nous sommes tout de même allés en voyage de fin d'année, dans une décharge... Bref, je crois que ça a commencé à ce moment là, tout doucement.

Il y a eu de très gros faux pas, notamment avec la construction de notre maison: je venais pourtant chaque week end ramasser ce que les ouvriers balançaient de canettes, d'aérosols, de clous, et de déchets en tous genres, mais je peux vous dire que notre maison est bâtie sur un sacré tas d'ordures ...

Puis il y a eu la naissance de Louise, et la lecture de quelques études aux résultats catastrophiques sur les produits utilisés dans les aliments, les couches et les produits pour bébés. A partir de là ce fut plus radical. Couches lavables et couches jetables écologiques, aucun produit de soin hormis un gel lavant et du liniment. Et mon premier challenge: me débrouiller pour que sa première année, ma Louise n'ingurgite que des produits bio, et pas de pots du commerce. Avec un congé parental de 6 mois, une reprise du travail à ses 10 mois, ce fut assez simple de tenir ce challenge malgré quelques  écarts.

A la naissance de Marceau, rebelote, on prend les mêmes résolutions et on recommence. Un peu plus difficile à tenir par manque de temps, et j ai malgré tout acheté de temps à autre, des petits pots.

De notre côté, on mangeait mieux, les produits bios se sont développés furent plus faciles à trouver et moins chers à acheter.  Le vrai choc eut lieu cet été avec la lecture du livre de Béa Johnson,et son zéro déchets.  Cette fois ci, mission réduction des déchets alors qu'avant je me concentrais davantage sur le bien-manger. Vous le sentez arriver le nouveau challenge!!!

Pour réduire mes déchets j ai voulu commander directement chez les producteurs locaux par le biais d'un drive. Mais je renonce peu à peu. D'une part, les produits ne sont pas bios, et d'autre part ils sont placés dans de nombreux sacs plastiques. Alors finalement je me demande si je ne ferai pas mieux de les prendre dans ma coopéative de produits bio, dans des sacs papiers ou dans mes sacs en tissu... Je vais faire une dernière tentative avec ce drive en leur signalant ce souci. Selon leur réponse, je continuerai ou pas. De plus, notre région vient d'être classée comme la plus mauvaise région de France dans l'utilisation des pesticides, je me demande donc si je dois continuer à prendre des produits de notre région sans label bio.

Si l'on veut coupler bien-manger et réduction des déchets, pas d 'autres choix que de changer quelques habitudes. Depuis quelques années, je n'achète plus de produits tout prêts. Pas de quiche, pas de soupe, pas de poelées, pas de pâte brisée, sablée, feuilletée.... J 'achète tous mes ingrédients et je fais. O souffrance!!!! Il faut que vous le sachiez,  j'ai horreur de cuisiner! Faire soi même, signifie qu'il ne faut pas manquer d'idées afin d'éviter de manger tout le temps la même chose. Et c'est là que ça coince un peu...  J ai un peu de mal à me renouveler.

Maintenant grâce à une nouvelle enseigne qui vient d'ouvrir à côté de chez moi, je peux acheter tous mes fromages, lardons, viandes, jambon... le tout à la coupe, le tout français et pas mal de produits locaux en plus. Plus de fromage râpé, plus de lardons, j achète, je coupe, je râpe...  O re-souffrance!! Je leur fais retirer les films plastiques qu'ils mettent systématiquement autour de leurs morceaux de fromage. La première fois on te regarde bizarrement et ensuite ils s'habituent. Comme le jour où je suis revenue avec mes propres boîtes: la vendeuse s'est écriée "Mais ma pauvre dame, on va vous en donner une neuve!"  Ah non surtout pas!

Dans ce même magasin, ils vendent du jus de fruits bio, local et trèèèès bon. Idéal pour nos apéros du vendredi soir!

De plus, notre petit intermarché propose  de nombreux produits locaux depuis quelques mois. Je peux y acheter mes oeufs et mon lait de ferme. Seule Emma aime ce lait  "qui sent la vache" comme disent les enfants. Pour Louise et Paul, je continue à prendre une marque de grandes surfaces bio. 

On a également arrêté le jus d'orange même bio. Tous les matins, on presse, enfin non... je presse. Bizarrement, depuis ça, Louise en boit alors qu'elle n'aimait pas celui du commerce qui selon elle "pique trop".

Apparemment, avec mon Thermomix je peux faire du jus de pommes. Je suis assez dubitative alors j espere  pouvoir essayer dans peu de temps.

Enfin, j'arrive à notre histoire de mercredi.

Le mercredi après midi, entre deux trajets, je réalise une fournée de yaourts nature, ainsi ne viennent du commerce que nos yaourts aux fruits et les petits suisses. On n achète plus de flamby, de crèmes ou autres. Quand on a envie d'une crème dessert, je la fais (du coup on en mange très rarement...). 

Je vais chercher mon drive fermier le vendredi soir, et je commande entre autres, 4 kg de pommes. Avec ces pommes, le mercredi, le thervomix, comme l'appelle Louise, tourne à plein régime pour faire une grosse compote. Avec le contenant du thermomix, on obtient 2 à 3 goûters . Pour les  jours d'école, c est compote en gourde du commerce. Je pense acheter prochainement des gourdes réutilisables.

Après les yaourts et la compote, soit on fait un gâteau, soit une brioche, ainsi on a un goûter et un petit déjeuner. Pour les autres jours, c est pain, biscottes ou biscuits du commerce.

Question coût, on pourrait se dire que l'on va faire des économies, à consommer moins, à faire soi même. En réalité, on n en fait pas ou peu,  car les produits achetés à la coupe, les produits locaux sont pour la plupart plus chers.

IMG_20160203_144218

IMG_20160203_151824

IMG_20160203_172444

IMG_20160203_144324

La bonne nouvelle c'est que l'on s'améliore, la mauvaise c'est que l'on a encore beaucoup de travail. Finalement  l'idéal serait d'avoir 3 mercredis après-midi dans la semaine ainsi je n'achèterai ni gâteaux, ni compotes, ni yaourts  du commerce.

Et puis parfois, il y a des vendredis soirs qui viennent fichent en l'air tes efforts du mercredi après-midi. Je parle de ces vendredis soirs où mon amoureux rentre triomphant et la mine réjouie avec des chips, des gâteaux apéros, du saucisson, des tomates cerises espagoles dans leur boîte en plastique et une bouteille de jus chimique. Mais je crois que le coup de grâce arrive quand les enfants poussent des cris de joie à la vue de tout ça!!!!